PLUI Pays de Maurs

L’ancienne Communauté de communes du Pays de Maurs a prescrit l’élaboration du PLUi le 28 novembre 2016.

Le territoire est composé des communes suivantes :

–        Boisset

–        Leynhac

–        Maurs

–        Montmurat

–        Mourjou

–        Quézac

–        Rouziers

–        Saint-Antoine

–        Saint-Constant Fournoulès

–        Saint-Etienne-de-Maurs

–        Saint-Julien-de-Toursac

–        Saint-Santin-de-Maurs

–        Le Trioulou

Situé aux frontières du Lot et de l’Aveyron, le Pays de Maurs constitue une entrée de la Châtaigneraie cantalienne, notamment avec le passage de la RN122 qui relie les pôles de Figeac et d’Aurillac en passant par Maurs.

Polarisé par cette dernière, le territoire est moins sous l’emprise d’Aurillac que les territoires voisins, bien que cette tendance évolue. Il est donc confronté à un plus faible dynamisme démographique, notamment dans les petites communes rurales. Le développement urbain y est en effet plus visible dans les communes limitrophes de Maurs, notamment Saint-Etienne-de-Maurs avec laquelle elle forme une conurbation qui constitue une particularité locale.

La particularité du Pays de Maurs d’un point de vue économique réside dans le fait qu’il soit relativement indépendant par rapport au reste de la Châtaigneraie cantalienne : la commune de Maurs offre plus d’emplois qu’elle n’a d’actifs, et le territoire accueille quelques entreprises d’envergure (Interlab, Auvergne Isolation…).

Par ailleurs l’agriculture est, à l’instar des territoires voisins, un pilier de l’économie locale qui façonne l’évolution environnementale du territoire.

Enfin le tourisme qui engendre quelques activités, est plus présent ici qu’ailleurs.

Ces caractéristiques fortes du territoire doivent nécessairement être confortées pour améliorer son dynamisme.

Lien vers le diagnostic